BLOCUS


BLOCUS
BLOCUS

Comme toutes les institutions du droit de la guerre, le blocus a été profondément affecté par l’évolution des techniques de combat et la transformation des règles relatives au recours à la force. À l’origine, le blocus est une opération de guerre maritime par laquelle les forces navales d’un belligérant interceptent les communications avec une portion du littoral occupé par l’ennemi. Aujourd’hui, cette notion s’est étendue et dégradée. D’autres institutions, s’apparentant au blocus (embargo, quarantaine), mais plus souples et mieux adaptées aux conditions de la guerre moderne, se sont développées et tendent aujourd’hui à remplacer le blocus dans la gamme des instruments de coercition.

1. Dégradation de la notion classique

Pour saisir la dégradation de la notion classique de blocus, il faut analyser ses règles traditionnelles, puis en suivre le déclin.

L’institution dans le droit de la guerre traditionnelle

Jusqu’au XIXe siècle, le blocus est une institution du droit de la guerre. Il implique donc l’existence de l’état de guerre entre la «puissance bloquante» et l’État bloqué. Il est soumis à des règles strictes, relatives à sa notification et à son effectivité.

La notification du blocus est une mesure de publicité destinée à porter à la connaissance des intéressés les intentions de la puissance bloquante. Il importe que les navires se dirigeant vers le littoral bloqué connaissent l’interdiction d’accès édictée par le belligérant. Le droit de la guerre impose donc une notification générale du blocus aux États tiers, par voie diplomatique. En outre, le commandant de la «force bloquante» est tenu de notifier sur les lieux, aux autorités locales, l’instauration du blocus. Faut-il, de surcroît, avertir les navires qui tenteraient de gagner la zone bloquée? L’exigence d’une notification spéciale aux commandants des navires intéressés a fait l’objet d’une controverse à la fin du XIXe siècle et au début du XXe; la jurisprudence française considérait la notification spéciale comme une condition de validité du blocus, alors que les tribunaux britanniques, américains et japonais exigeaient seulement la connaissance de fait du blocus par le commandant du navire coupable de la violation du blocus. Depuis 1934, les instructions navales françaises ont abandonné l’exigence d’une notification spéciale.

En principe, le blocus ne doit pas s’étendre à tout le littoral ennemi; d’ailleurs, la surveillance constituerait rapidement une charge insupportable. En général, le blocus s’applique à certains ports ou à une partie de la côte ennemie; il peut être étendu aux ports et côtes de la «puissance bloquante» lorsque ceux-ci sont occupés par l’ennemi: ainsi, lors de la guerre de 1870-1871, la France bloqua les ports de Rouen, de Dieppe et de Fécamp, occupés par les troupes allemandes. Mais le blocus ne doit pas interférer avec les droits des puissances neutres. Les ports et côtes des États neutres ne peuvent évidemment être bloqués, non plus que l’embouchure de fleuves internationaux dont certains riverains seraient neutres et n’auraient pas consenti au blocus. Ainsi, lorsque les puissances alliées bloquèrent l’embouchure du Danube en 1856, la Bavière et le Wurtemberg élevèrent des protestations.

La règle de l’effectivité du blocus est énoncée dans la déclaration de Paris du 16 avril 1856: «Les blocus, pour être obligatoires, doivent être effectifs, c’est-à-dire maintenus par une force suffisante pour interdire réellement l’accès du littoral à l’ennemi.» La formulation par écrit de la règle coutumière s’explique par les abus antérieurs des blocus fictifs, blocus sur papier ou blocus de cabinet. Un simple ordre écrit déclarait bloqué le littoral ennemi, ce qui permettait, en l’absence d’escadre bloquante, de capturer en tout lieu tout navire soupçonné d’aller vers les lieux bloqués ou d’en venir. Le blocus fictif le plus célèbre fut le décret de Berlin du 21 novembre 1806 par lequel Napoléon établit le Blocus continental. L’abus de cette pratique rendit aléatoire le droit des neutres à commercer en temps de guerre.

Un moment, la doctrine exigea que les navires de guerre participant au blocus fussent mouillés à intervalles réguliers, selon une chaîne ininterrompue.

Mais, dès le XIXe siècle, la formule fut assouplie. Pour être effectif, un blocus devait, suivant l’opinion du Dr Lushington dans l’affaire du Franciska (1855), rendre l’entrée ou la sortie des lieux bloqués dangereuses pour les navires qui tenteraient de violer le blocus et la capture des délinquants probable. L’application du critère conduisit à admettre la licéité du blocus par croisière. Il suffisait de faire croiser en permanence des navires près des côtes afin d’en interdire en fait l’accès.

L’abandon des lieux par l’escadre bloquante met fin au blocus, à moins que ce retrait ne soit que temporaire et motivé par les conditions météorologiques.

Enfin, le blocus doit être appliqué à tous les navires ennemis, mais aussi neutres ou alliés. Quelques permissions exceptionnelles (navires de guerre neutres, navires de commerce neutres en détresse, évacuation des ressortissants neutres des ports bloqués, permission de sortie pour les navires qui se trouvaient dans le port bloqué avant l’instauration du blocus) ne portent pas atteinte à la rigueur du principe.

Le régime juridique du blocus traditionnel, même assoupli par la jurisprudence du siècle dernier, se caractérise par une grande rigidité. Il favorise, en fin de compte, les droits des neutres, qui peuvent commercer librement avec les belligérants aussi longtemps que d’importantes forces ne sont pas affectées au blocus. Mais ces conditions rigoureuses étaient adaptées à un certain état de la technique. La disparition de la marine à voile devait, autant que le bouleversement de l’équilibre politique dans la guerre totale, provoquer le déclin du blocus traditionnel.

Le déclin du blocus

La notion de blocus doit sa dégradation à des causes d’ordre technique et d’ordre politique. Les causes techniques découlent directement des progrès de la science. L’avènement de la propulsion à vapeur et de la navigation sous-marine remet en question les règles du blocus. Maintenir une escadre au large d’un lieu bloqué, c’est décider sa perte. L’éloigner du littoral, c’est lui interdire le contrôle systématique des mouvements de navires. Devant ces exigences nouvelles, les règles du blocus ont dû être aménagées, mais au prix d’une atteinte à l’essence même de l’institution. En revanche, la participation d’aéronefs aux opérations de blocus n’a pas altéré gravement l’institution du blocus maritime. Les belligérants sont en droit d’utiliser des moyens aériens pour assurer la surveillance des côtes bloquées et la poursuite des délinquants. Mais l’extension du blocus à l’espace aérien n’est pas considérée par la jurisprudence comme une condition d’effectivité du blocus. Il est techniquement impossible d’assurer l’étanchéité d’un blocus aérien. L’approvisionnement par la voie des airs reste donc possible, ce qui atténue les effets du blocus. Un «pont aérien» assura les relations de Berlin-Ouest avec la R.F.A., de juin 1948 à mai 1949.

Ce sont surtout les progrès de la navigation maritime qui ont consacré la dégradation de la notion de blocus. La rapidité des navires de commerce modernes leur permet de forcer le blocus avec des chances raisonnables de succès alors que les techniques de la guerre sous-marine ou aérienne rendent périlleux le maintien en un lieu donné de l’escadre bloquante. Il faut donc pouvoir intercepter à une certaine distance des lieux bloqués le navire qui tente de violer le blocus. Dès le XIXe siècle, les jurisprudences britannique et japonaise admettaient la capture d’un navire qui se dirige vers un port bloqué, alors que ses papiers de bord indiquent une autre destination. Bien plus, la théorie du voyage continu autorisait la capture d’un navire se dirigeant vers un port neutre, mais poursuivant son voyage jusqu’à un port bloqué. Pendant la guerre de Sécession, les tribunaux américains déclarèrent même «bonnes prises» des navires transportant des marchandises vers un port neutre parce que celles-ci devaient ensuite être acheminées par un autre navire vers un port bloqué (affaires du Springbok et du Peterhoff , 1866); peu importait que le commandant ignorât ou non la destination ultime de la marchandise. La doctrine, dans son ensemble, a condamné cette jurisprudence. Mais les impératifs de la guerre moderne ont rapidement submergé la controverse doctrinale.

Extension de la notion durant les deux guerres mondiales

Les quelques blocus classiques institués pendant la Première Guerre mondiale (Cameroun, Bulgarie, Asie Mineure) ne jouèrent aucun rôle dans le déroulement des opérations militaires. Les Empires centraux n’étaient pas en mesure d’assurer l’effectivité d’un blocus; leurs navires de surface ne quittaient leur base que pour des raids occasionnels. Quant aux puissances alliées, elles se heurtèrent à un cordon de mines et de sous-marins qui rendaient inefficace l’établissement d’un blocus. Aussi, lorsque, en février 1915, l’Allemagne déclara zone de guerre les eaux adjacentes aux îles Britanniques, la Grande-Bretagne institua-t-elle en représailles un blocus à longue distance par un order in Council du 11 mars 1915; la mesure consistait à empêcher toute cargaison de parvenir à un port allemand ou de le quitter. Les puissances neutres, et notamment les États-Unis, critiquèrent l’attitude britannique: la zone bloquée était si vaste qu’elle correspondait en fait à un blocus des ports neutres.

Dans le même temps, les puissances alliées instituèrent un mécanisme de surveillance du commerce neutre par le système des navicerts : sous peine de voir leurs navires déroutés pour inspection ou privés de combustible, les armateurs neutres devaient soumettre le contenu de leurs cargaisons au contrôle des autorités alliées. Lorsque les États-Unis entrèrent en guerre, ces dispositions devinrent pleinement efficaces: l’étanchéité du blocus des puissances centrales était assurée, mais par des moyens qui ne devaient plus rien à l’institution classique du blocus.

Durant la Seconde Guerre mondiale, la Grande-Bretagne adopta dès le 27 novembre 1939 des mesures semblables à celles qui avaient fait leurs preuves pendant le précédent conflit. La guerre totale ôtait toute signification aux règles traditionnelles du blocus. Pour atteindre l’ennemi dans ses forces vives, il fallait être assuré de le priver de tout approvisionnement. Le déclin du blocus, allant de pair avec l’altération de la notion de contrebande de guerre, était dicté par l’évolution technique.

Le blocus pacifique

La transformation des données politiques a eu pour effet l’apparition du blocus pacifique. Le terme pourrait prêter à confusion: en fait, cette institution n’est qu’une extension de la guerre au temps de paix, un recours mal dissimulé à la force.

Dès le XIXe siècle, les puissances eurent recours au blocus pacifique, soit à titre de représailles, soit comme mesure d’intervention. Instrument de représailles, le blocus pacifique était soumis aux règles qui régissent ce domaine; il devait avoir pour but de faire cesser une violation antérieure du droit international, être précédé d’une sommation infructueuse et rester proportionné à la gravité de l’offense. C’est ainsi que les escadres anglaise, allemande et italienne bloquèrent les côtes du Venezuela en 1902 pour contraindre cet État à respecter ses engagements financiers. Mesure d’intervention, le blocus pacifique était parfois instauré au nom des principes supérieurs d’humanité (blocus de la Grèce en 1827); ce recours à la force était beaucoup plus contesté lorsque les puissances bloquantes visaient un but ouvertement politique (blocus des côtes soviétiques par les puissances de l’Entente en 1919-1920, blocus de Fiume par l’Italie à la même époque).

Depuis 1945, la Charte des Nations unies interdit «de recourir à la menace ou à l’emploi de la force, soit contre l’intégrité territoriale ou l’indépendance politique de tout État, soit de toute autre manière incompatible avec les buts des Nations unies». Or le blocus pacifique est une mesure de force. On ne peut donc l’instituer, à moins que la Charte n’autorise expressément le recours à la force, par exemple en cas de légitime défense ou de sanctions collectives. Une telle autorisation est notamment prévue par l’article 42 de la Charte: le Conseil de sécurité peut décider «des mesures de blocus et d’autres opérations exécutées par des forces aériennes, navales ou terrestres des membres des Nations unies».

Le développement du blocus pacifique dans le cadre de la sécurité collective confirme l’atténuation de la distinction entre guerre et paix dans le monde moderne. Les conditions politiques de l’utilisation du blocus en transforment la nature. Mais, même dans ces circonstances, l’arme du blocus reste difficile à utiliser: trop rigide dans ses conditions, trop absolu dans ses effets, le blocus ne permet pas de doser avec précision la force nécessaire pour amener l’État fautif à résipiscence.

2. Développement de techniques apparentées

Le déclin du blocus a fait la fortune de méthodes plus souples propres à contrôler les commerces de l’État sanctionné. Deux de ces institutions ont fait récemment l’objet d’applications importantes; l’une est fort ancienne: l’ embargo ; d’autres sont de création plus récente: la quarantaine et l’interdiction de vol .

L’embargo

L’embargo est, à l’origine, une mesure de saisie provisoire d’un navire: il s’agit de faire pression sur l’État dont ce navire bat pavillon. Dès le départ, l’institution est plus maniable que le blocus. Elle n’est pas liée à l’état de guerre, n’implique pas l’intervention d’un tribunal pour juger la prise, et permet de faire une discrimination entre les pavillons ou les navires battant même pavillon. L’évolution ultérieure du droit international a accentué cette souplesse primitive: l’embargo s’est étendu aux autres moyens de transport (l’embargo sur les aéronefs joue un rôle important aujourd’hui), et surtout aux marchandises transportées. Les mesures d’embargo visent aujourd’hui davantage le produit que le véhicule.

Alors que les cas de blocus proprement dits se font rares, les exemples d’embargo ne manquent pas dans la pratique internationale récente. En 1949, les États-Unis avaient édicté un embargo sur tous les produits stratégiques à destination des pays communistes. Le 13 février 1962, le président Kennedy décréta l’embargo sur les importations en provenance de Cuba, privant ainsi ce pays d’un tiers de ses devises. L’Organisation des Nations unies recommanda pour sa part aux États membres d’édicter l’embargo sur tous les produits à destination de la Chine et de la Corée du Nord (1951), puis sur les armes, munitions et véhicules exportés en Afrique du Sud (1964).

Plus récemment encore, l’affaire rhodésienne a donné lieu à l’édiction d’une série d’embargos. La Grande-Bretagne décréta successivement l’embargo sur divers produits exportés en Rhodésie ou importés de ce pays (1er déc. 1965), puis sur les produits pétroliers à destination ou en provenance de la Rhodésie (16 déc. 1965); enfin, le 31 janvier 1966, un embargo total sur le commerce avec la Rhodésie fut institué par un order in Council. De son côté, l’O.N.U. invita ses membres à décréter un embargo sur le pétrole et les produits pétroliers (20 nov. 1965) et, le 16 décembre 1966, édicta pour la première fois une sanction coercitive collective en imposant un embargo sur certains produits à destination de la Rhodésie.

Que l’embargo ait été un ersatz du blocus dans l’affaire rhodésienne, les difficultés d’application de la décision en témoignent. Les croiseurs britanniques n’eurent aucune difficulté à arraisonner les navires battant pavillon britannique et transportant des produits pétroliers destinés à la Rhodésie. En revanche, ils eurent quelque mal à contrôler les bâtiments relevant d’un tiers pavillon (incidents du Joanna V et du Manuela ) car, si l’embargo implique le contrôle du mouvement des navires dans ses propres ports, il ne fonde pas une action unilatérale de l’État en haute mer. Au demeurant, certaines autorités purent se méprendre sur la nature exacte des mesures prises dans l’affaire rhodésienne; le président Tsiranana autorisa les avions de la Royal Air Force à faire escale à Madagascar afin de manifester sa «solidarité africaine en participant au blocus de la Rhodésie».

La «quarantaine»

La crise de Cuba, en 1962, donna naissance à une nouvelle forme de contrôle de la navigation maritime: la quarantaine. Averti de la livraison par l’Union soviétique de fusées à la république de Cuba, le président Kennedy décida, le 22 octobre 1962, d’appliquer une stricte «quarantaine» sur tout équipement militaire offensif à destination de Cuba. La mesure ne peut être assimilée à la quarantaine classique, isolement provisoire des personnes, navires ou marchandises provenant d’un pays infecté par une maladie contagieuse. Elle ne saurait davantage être qualifiée d’embargo, puisqu’elle implique un contrôle en haute mer et non au port de départ. En vérité, il s’agit d’une institution nouvelle, apparentée au blocus pacifique; mais le contrôle ne portait que sur la livraison d’armes offensives en provenance de l’étranger et ne comportait pas l’exercice d’un droit de visite effectif (les patrouilles aériennes américaines se bornèrent à survoler à faible hauteur les cargos soviétiques).

Certains États, la Pologne et la Suède en particulier, protestèrent contre le caractère illégitime de ces mesures. Mais la plupart s’inclinèrent devant les décisions américaines.

Comme l’embargo, la quarantaine a remplacé le blocus. Les modalités d’application de la mesure révèlent des analogies saisissantes avec le blocus traditionnel: suspension, pendant 24 heures, des opérations de quarantaine en gage de bonne volonté; laissez-passer délivrés par les consulats américains à Colón, Panamá et Port-au-Prince aux navires ne transportant pas de matériel offensif – à l’instar des navicerts attribués pendant les guerres mondiales aux armateurs neutres pour leur permettre de commercer sans entrave.

L’interdiction de vol

Afin de contrecarrer les répressions contre la population chiite du sud de l’Irak, les États-Unis, la Grande-Bretagne et la France ont imposé, à partir du 14 septembre 1992, un nouveau contrôle: la «zone d’exclusion aérienne», qui interdit les vols militaires en Irak, au sud du 32e parallèle.

Le remplacement du blocus traditionnel par de nouvelles techniques manifeste un raffinement croissant dans l’utilisation des armes de la guerre maritime ou aérienne. Le fleuret remplace le sabre. Cependant, en fin de compte, les droits des neutres sont sacrifiés, car l’efficacité des mesures nouvelles leur laisse peu de chances. L’ère des forceurs de blocus est close.

blocus [ blɔkys ] n. m.
• 1376 « maison à poutres »; du néerl. blokhuis; blockhaus
1(XVIe) Vx Fortin, blockhaus.
2(XVIIe) Investissement d'une ville ou d'un port ( siège), d'un littoral, d'un pays entier, pour l'isoler, couper ses communications avec l'extérieur. Louis XIV « fit lever le blocus de Luxembourg, en 1682 » (Voltaire). Le blocus continental instauré par Napoléon Ier visait à prévenir l'accès de l'Europe à l'Angleterre. Blocus économique. boycott, embargo.

blocus nom masculin (moyen néerlandais blochuus, fortin) Investissement d'une ville, d'un port, d'une position, d'un pays pour lui couper toute communication avec l'extérieur. ● blocus (expressions) nom masculin (moyen néerlandais blochuus, fortin) Blocus naval, action ayant pour but d'empêcher tout navire d'entrer ou de sortir d'un lieu sans être arraisonné. ● blocus (synonymes) nom masculin (moyen néerlandais blochuus, fortin) Investissement d'une ville, d'un port, d'une position, d'un pays pour...
Synonymes :
- siège

blocus
n. m.
d1./d Investissement d'une place forte, d'un port, d'un pays.
|| Blocus économique: mesures visant à l'isolement économique d'un pays.
d2./d (Afr. subsah., Belgique) (Arg. des écoles.) Préparation intensive à un examen, à un concours. Syn. bloque.

⇒BLOCUS, subst. masc.
A.— Investissement d'une ville, d'un port ou d'une position militaire quelconque occupée par l'ennemi en vue d'empêcher toute communication avec l'extérieur, tout apport de secours ou de vivres. Briser, rompre le blocus :
1. On a vu qu'au lieu d'assaillir Moscou (...) les généraux polonais s'étaient contentés d'en faire le blocus. Ils voulurent l'affamer en s'emparant des villes voisines, ou plutôt en les dévastant.
MÉRIMÉE, Les Faux Démétrius, épisode de l'histoire de Russie, 1853, p. 348.
2. ... l'assaut musulman fut repoussé par terre, tandis que l'escadre de ravitaillement, forçant le blocus, débarquait ses caisses de vivres dans le camp chrétien.
GROUSSET, L'Épopée des croisades, 1939, p. 263.
En partic. Blocus maritime, naval. ,,Interruption de toute communication entre la haute mer et une côte ennemie`` (BARR. 1967) :
3. ... en ce qui concernait l'Armistice, je le prévoyais général sur tous les fronts de terre, mais je spécifiais que le blocus maritime serait maintenu et que les opérations sur mer pourraient continuer, à l'exclusion de toutes espèces d'opérations contre les côtes, soit de débarquement, soit de bombardement.
JOFFRE, Mémoires, t. 2, 1931, p. 370.
HIST. Le blocus continental. ,,Le système d'exclusion générale par lequel Napoléon voulait interdire à l'Angleterre tout accès sur le continent européen : il fut décrété par l'Empereur le 21 novembre 1806`` (BOUILLET 1859) :
4. ... il [Napoléon] pensait que l'empire russe n'accepterait jamais l'extension de l'empire français, qui, par les nécessités du Blocus continental, avait fini par annexer les villes de la Hanse, Brême et Hambourg, (...). (...) un grand conflit était à craindre, parce que les difficultés naissaient (...), enfin de la répugnance des Russes à cesser le commerce avec les Anglais.
BAINVILLE, Histoire de France, t. 2, 1924, p. 129.
P. ext. Blocus (économique). ,,Ensemble des moyens mis en œuvre pour tenter d'empêcher un pays d'entretenir des relations commerciales normales avec les autres nations`` (AQUIST. 1966). Blocus de Berlin; blocus de Cuba :
5. ... on ne pouvait en effet escompter que des résultats intéressants, mais incomplets, du blocus [économique] de l'Allemagne, si étroit fût-il, car si les voies de ravitaillement du nord semblaient pouvoir être complètement fermées, celles venant d'Orient restaient largement ouvertes; ...
JOFFRE, Mémoires, t. 2, 1931, p. 195.
6. ... l'organisation économique créée par la Grande-Bretagne, à la faveur du blocus, de la maîtrise de la mer et du monopole des transports, mettait à sa discrétion les échanges, ...
DE GAULLE, Mémoires de guerre, 1959, p. 185.
B.— P. anal. ou p. métaph.
1. Encerclement :
7. Il y avait bien l'échappée sur le parc du couvent voisin, avec la solitude de ses grandes allées et ses arbres centenaires; mais c'était trop beau pour durer. On était en train de construire, en face de la fenêtre de Christophe, une maison à six étages, qui supprimait la vue et achevait le blocus autour de lui.
R. ROLLAND, Jean-Christophe, Dans la maison, 1909, p. 1028.
2. Domaine de la psychol. Action de bloquer, ce qui bloque :
8. ... si la double inconscience immobilise les partenaires dans le blocus d'une fausse relation, et si la conscience unilatérale déverrouille ce blocus, la double conscience, elle, doit être considérée comme jeu dialectique infini.
JANKÉLÉVITCH, Le Je-ne-sais-quoi et le presque-rien, 1957, p. 167.
Prononc. :[]. Durée longue pour [y] dans PASSY 1914 et BARBEAU-RODHE 1930. Pour la prononc. de s final dans bibus, blocus, etc., cf. KAMM. 1964, p. 199.
Étymol. ET HIST. — 1. 1350 anc. wallon blokehus d'apr. FEW t. 15, 1, s.v. blochus, sans ex. « maison de charpente »; 1397, 28 avr. pic. blocus (A. Douai dans GDF. Compl.); 2. 1376 anc. wallon blochus « fortin élevé par les assiégeants pour couper les communications d'une place investie » (Regestes de la cité de Liège, I, 1933, p. 437 dans Fr. mod., t. 17, p. 70); 1547 m. fr. bloccus (J. MARTIN, trad. de VITRUVE, Architecture, 155a dans HUG.); 3. 1663 « investissement par lequel tout accès à une ville, à un port, à un camp assiégé est ôté » (CORN., Sophon. IV, 4 dans LITTRÉ); d'où 1806 blocus continental (décret daté du 21 nov. d'apr. BRUNOT t. 9, p. 1100).
Empr. au m. néerl. blochuus « maison faite de madriers », « fortin », VERDAM (composé de bloc, v. bloc, et de huus « maison ») corresp. à l'all. mod. Blockhaus, v. blockhaus (VALKH., p. 64; GESCH., p. 23; EWFS2; FEW, t. 15, 1, p. 162); l'aire géogr. du mot fr. dans les régions limitrophes du territoire néerl., ainsi que les formes blokehus, supra; bloxhus 1380, Chart. S. Lamb.; blocquehuys 1485, Mons; blochuysse 1584, Chart. S. Lamb. dans GDF. Compl. (ces 2 dernières formes reflétant le néerl. mod. blokhuis) confirment cette hyp. et infirment celle d'un étymon m. h. all. (DIEZ5; REW3); le sens 3, non attesté en néerl. est une ext. propre au français.
STAT. — Fréq. abs. littér. :173.
BBG. — FEUGÈRE (F.). En marge de l'exposition Charles V. dans le vocab. de Du Guesclin. Déf. Lang. fr. 1968, n° 45, p. 26. — FEUGÈRE (F.). La Première Renaissance et notre vocab. d'Oresme à Christine de Pisan. Déf. Lang. fr. 1970, n° 51, p. 15. — SAIN. Sources t. 2 1972 [1925], p. 295.

blocus [blɔkys] n. m.
ÉTYM. 1397; blochus, 1376; blokehus, 1350; néerl. blokhuis « maison (huis) de poutres ». → Blockhaus.
1 (XVIe). Vx. Fortin empêchant les secours de parvenir à une place assiégée.
2 (1663). Par ext. Investissement d'une ville ou d'un port ( Siège), d'un littoral, d'un pays entier, pour l'isoler, couper toutes ses communications avec l'extérieur. || Faire le blocus. 1. Bloquer. || Troupes de blocus. || Lever, rompre le blocus. || Faire lever, forcer un blocus. Débloquer. || Blocus maritime.(1806). Hist. || Blocus continental : le blocus instauré par Napoléon Ier, destiné à prévenir l'accès de l'Europe à l'Angleterre.
1 Louis XIV fit lever le blocus de Luxembourg, en 1682 (…)
Voltaire, le Siècle de Louis XIV, 14.
2 (…) pour que le Blocus (le blocus continental) fût opérant, il fallait qu'il fût complet, total et absolu (…)
Louis Madelin, Talleyrand, II, XVIII, 177.
Blocus économique : mesures prises et manœuvres faites par un pays pour isoler économiquement un autre pays du reste du monde ( Boycott, boycottage).

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • blocus — BLOCUS. s. m. (On prononce l S.) Disposition d une armée ou d un corps de troupes sur les avenues d une Place, pour empêcher qu il n y puisse entrer aucun secours d hommes ni de vivres. Faire le blocus d une Place. Convertir le siége en blocus.… …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • blocus — Blocus. s. m. Campement d une armée sur les avenuës d une place pour empescher qu il n y puisse entrer aucun secours d hommes ny de vivres. Faire le blocus d une place. ce n est pas un siege, c est un blocus. convertir le siege en blocus …   Dictionnaire de l'Académie française

  • blocus — BLÓCUS s. v. blocadă. Trimis de siveco, 13.09.2007. Sursa: Sinonime  BLÓCUS s.n. v. bloc3. Trimis de LauraGellner, 13.09.2007. Sursa: DN …   Dicționar Român

  • Blocus — (franz., spr. kǖs), s. Blockade …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • Blocus — Pour les articles homonymes, voir Blocus (homonymie). Bataille lors du blocus du port de Toulon par la flotte britannique entre 1810 et 1814. Peinture de Thomas Luny …   Wikipédia en Français

  • blocus — (blo kus ) s. m. 1°   Terme de guerre. Investissement par lequel tout accès à une ville, à un port, à un camp assiégé est ôté. •   Tandis que le blocus laissé devant Utique Répond de cette place à notre république, CORN. Sophon. IV, 4. •   Louis… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • BLOCUS — s. m. (On prononce l S.) T. de Guerre. Investissement par lequel on bloque une ville, un port, un camp, pour qu il n y puisse entrer aucun secours d hommes ni de vivres. Faire le blocus d une place, d un port. Convertir le siége en blocus. Lever… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • BLOCUS — n. m. T. de Guerre Investissement par lequel on empêche l’entrée d’aucun secours d’hommes ou de vivres dans une place, dans un port, dans une région. Blocus continental. Le blocus des côtes …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • Blocus —    Droit international public: action visant à faire pression sur un Etat en lui interdisant par la force toute communication ou échange économique avec l extérieur …   Lexique de Termes Juridiques

  • Blocus — Blockade    Drame de William Dieterle, avec Henry Fonda, Madeleine Carroll, Leo Carillo, John Halliday, Vladimir Sokoloff, Robert Warwick.   Pays: États Unis   Date de sortie: 1938   Technique: noir et blanc   Durée: 1 h 24    Résumé    Durant la …   Dictionnaire mondial des Films